Forum JARDIN AU NATUREL   Index du Forum
Forum JARDIN AU NATUREL
jardin,nature,photo,discutions
 
Forum JARDIN AU NATUREL   Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Jardins de Curé ::
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum JARDIN AU NATUREL Index du Forum -> loisir ,détente et autres -> Parcs et jardins
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
belle des champs


Hors ligne

Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 9 605
Localisation: sanary sur mer
Féminin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 625
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Sam 5 Juin - 19:01 (2010)    Sujet du message: Jardins de Curé Répondre en citant

Un jardin gourmand invitant à l'indolence et à la réflexion et dont l'atmosphère est sublimée par la présence de végétaux à connotation religieuse ... Le jardin de curé n'est pas un mythe mais simplement la consécration de la passion et de la patience du jardinier qui y mêle l'utile à l'agréable. On comprend dés lors l'engouement croissant pour ce type de jardin !!

Retrouver l'esprit des jardins de curé !!

Véritables " havres de paix " enchâssés entre les murs du bâtiment attenant ou clos d'une haie, et ainsi protégés des querelles et des turpitudes du monde, les jardins de curé dénotent d'une douceur désuète empreinte de la nostalgie d'un temps révolu et de l'esprit de recueillement propre à ce type de lieu. Et s'il est rare de nos jours de pouvoir s'y promener, le souvenir de leur antique beauté demeure, notamment dans les témoignages de nos ainés qui n'ont pas manqué de s'en inspirer. A l'image des jardins de grands-mères, foisonnants et désordonnés en apparence, ces jardins de presbytère ne se revendiquaient d'aucun style particulier, ni d'une quelconque recherche esthétique. Fruits de la patience et des soins attentifs prodigués au rythme des saisons et selon le calendrier des saints qui indiquaient les meilleurs moments pour les travaux à effectuer, ils étaient la simple expression des besoins les plus élémentaires auxquels s'ajoutait le gout des belles fleurs aux noms à connotation religieuse destinées à orner pieusement l'autel. Jardins des délices ou jardins d'Éden, de dimension modeste pour la plupart, ils exhalaient tout à la fois la gourmandise et la piété du maitre des lieux qui, grâce à un choix de végétaux rustiques et variés, ainsi qu'à des rudiments de botanique, parvenait à maintenir un bon équilibre, gage de l'harmonie qui était la première qualité requise de ce type de lieu. On ne parlait pas encore de jardinage naturel, encore moins de pratique biologique. Et pourtant, le jardin de curé est l'exemple même de l'éco-jardinage avant l'heure, instaurant un milieu stable et sain où la vie foisonne en abondance, dans lequel le jardinier trouve le bonheur et la sérénité.                           
SYLVIE GUESCH


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 5 Juin - 19:01 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
belle des champs


Hors ligne

Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 9 605
Localisation: sanary sur mer
Féminin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 625
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Sam 5 Juin - 21:25 (2010)    Sujet du message: Jardins de Curé Répondre en citant

Incontournables: les fleurs à connotation religieuse !!

Pour illustrer la dimension spirituelle des jardins de curé, un passage obligé par les fleurs au nom évocateur s'impose: " Coeur de Marie " ( dicentra )
; " Gant de notre-Dame " ( digitale )
; "Œil du Christ" ( Aster ) 
; "Herbe de la Trinité" ( Hepatique )
; ou" Barbe du Bon Dieu" ( bleuet )
.
Indigènes pour la plupart, elles incarnaient la ferveur de leur jardinier et son hommage révérencieux à la Sainte Vierge ou aux saints. Manifestations du sacré dans un lieu dédié à la méditation et à la joie simple des plaisirs gourmands, ces plantes étaient auréolées de vertus spirituelles de par leur allure ou leur période de floraison ... La paquerette
doit ainsi son nom au fait qu'elle avait la bonne idée de fleurir au moment des fêtes de Paques ou que la violette tricolore
s'est vue qualifiée de " fleur de la Sainte Trinité " pour le nombre de ses pétales qui symbolisaient les cinq plaies du Christ tandis que ses trois couleurs évoquaient la Trinité ... Garantes de l'esprit initial de ce type de lieu, elles contribuent à l'atmosphère délicieusement surannée du jardin de curé que l'on veut recréer.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
belle des champs


Hors ligne

Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 9 605
Localisation: sanary sur mer
Féminin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 625
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Dim 6 Juin - 09:32 (2010)    Sujet du message: Jardins de Curé Répondre en citant

Une atmosphère surannée et bon enfant mêlant simplicité d'ordonnancement et foisonnement végétal ....

Une structure ordonnée et un mélange de plantes variées, voilà qui pourrait résumer l'esprit et le décor naturel des traditionnels jardins de curé. Et s'il n'existe aucune règle concernant leur organisation, il n'en reste pas moins qu'un certain nombre d'éléments récurrents contribuaient à créer le charme de ces lieux d'où émanait une impression de fouillis savamment orchestré.


Leur espace central était traditionnellement délimité par des allées en croix convergeant parfois sur une fontaine ou un petit bassin servant à l'irrigation et bordant une mosaïque de massifs linéairement dessinés. Festonnées d'une bordure de buis taillé, d'if ou de santoline pour contenir la terre et l'exubérance des plantes cultivées, ces plates-bandes offraient ainsi le spectacle d'une répétition de motifs propre à donner une impression d'ordre et d'unité que venait perturber le foisonnement des légumes mêlés aux plantes aromatiques et la générosité des feuillages et des floraisons.


Le long des murs bordés d'une allée de pourtour, on y cultivait des fruitiers palissés à défaut d'arbres de grande taille dont l'ombre aurait pu perturber le bon développement des précieuses cultures potagères, sans oublier quelques pieds de vigne destinés à produire le vin de messe. Indispensable, un banc de pierre ou de bois placé à l'ombre d'une alcôve de verdure, tonnelle ou pergola couverte de grimpantes odorantes, ou d'un simple portique garni de roses permettait aussi de savourer un moment de détente propice à la méditation ou à la lecture, tout en contemplant le spectacle apaisant de la nature


Et de-ci, de-là, des éléments d'architecture usés par le temps: chapiteaux ou colonnes, une statue de la Vierge ou d'un saint, une croix de pierre moussue ou un vieux bénitier recyclé en jardinière contribuaient à l'atmosphère désuète et pieuse du lieu ... En bref, une sobriété d'ordonnancement adoucie par la générosité d'une végétation apprivoisée, c'est ce qui doit inspirer la création d'un jardin de ce type.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
belle des champs


Hors ligne

Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 9 605
Localisation: sanary sur mer
Féminin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 625
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Dim 6 Juin - 10:02 (2010)    Sujet du message: Jardins de Curé Répondre en citant

Répondre aux besoins de nourritures terrestre et céleste !!

Destiné à assurer la subsistance du maitre des lieux ainsi que celle de la servante ou des domestiques, occasionnellement celle des prêcheurs de passage, des confrères et de l'évêque en sa tournée, voire des indigents du village, le jardin dont il avait la jouissance était avant tout destiné à satisfaire ses besoins essentiels et sa gourmandise, voire à soigner les petits maux du quotidien. On y trouve donc tout naturellement des fruits ( à signaler d'ailleurs que l'apport des curés dans la science arboricole a souvent été décisive dans l'obtention de nombreuses variétés fruitières !! ): poires, fraises, melons ( dont le " noir des Carmes" ), et des légumes. Des laitues a foison ( Passion ou barbe-de-Capucin (chicorée sauvage appréciée au cœur de l'hiver )), des radis, haricots verts, quelques pieds de tomates, évidemment des choux, de l'arroche "belle-dame" ( un succédané de l'épinard ), de la rhubarbe, des légumes racine, panais, rutabaga et persil à grosses racines, ou des poirées. Entre ces rangs potagers, des légions de plantes médicinales et d'herbes aromatiques dont la culture héritée de la tradition monastique renvoyait aussi aux rudiments de botanique et de phytothérapie acquis au séminaire. Entre autres bonnes herbes, la sauge officinale, l'angélique, le romarin, la lavande, les menthes, la benoite ou l'hysope contribuaient par leurs vertus médicinales à adoucir les maux les plus courants. En leur compagnie, et associées sans vergogne aux légumes, on trouvait aussi quantité de fleurs à couper pour les bouquets destinés à fleurir l'autel, au nom évocateur ... Lis de la Madone, Cœur de Marie, chardon Marie, gant de Notre-Dame jouissaient d'une place d'honneur au jardin de curé pour leur qualité esthétique mais aussi comme autant de références au sacré et à l'église auxquels elles étaient consacrées toute l'année au gré des fêtes liturgiques. Au même titre que le buis qui fournissait les rameaux à bénir ...





Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
belle des champs


Hors ligne

Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 9 605
Localisation: sanary sur mer
Féminin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 625
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mar 8 Juin - 14:59 (2010)    Sujet du message: Jardins de Curé Répondre en citant

Un havre de paix ceint de murs épais ...

Véritable écrin de verdure, le jardin de curé est traditionnellement protégé par de hauts murs qui en préservent l'intimité et contribuent à cette atmosphère particulière faite de calme et de sérénité. Ils permettent aussi de bénéficier d'un microclimat propice au bon développement de l'abondante végétation qui le caractérise.

Traditionnellement, les jardins de curé étaient des espaces clos, préservés du monde extérieur par des murs de pierres ou tout au moins des haies touffues. Ils garantissaient, à l'image des jardins de monastères dont ils s'inspiraient, l'intimité propice à la méditation. Plus prosaïquement, ce bâti servait aussi à protéger les cultures des animaux gourmands. Aujourd'hui, les jardiniers qui possèdent, en ville ou à la campagne, un jardin encadré de bâtisses pourront sans difficulté recréer l'ambiance d'un jardin de curé. Pour les autres, plusieurs solutions existent qui permettrons de satisfaire leur envie de restituer un peu de cette atmosphère particulière ...

Des avantages pour les cultures !!
S'ils induisent une sensation immédiate d'intimité, les murs qui entourent un jardin ou un potager comme il est souvent de mise à la campagne, créent aussi dans l'espace qu'ils clôturent un microclimat chaud. Ils favorisent en effet le développement des espèces les plus frileuses protégées des vents froids ou desséchants, tout en prolongeant la saison de plantation.
Exposés plein Sud, les murs accélèrent le murissement des légumes-fruits, comme les tomates ou les aubergines qui profitent ainsi d'un ensoleillement maximal et de la chaleur réfractée. Et si leur ombre portée s'avère aussi très utile pour de nombreuses espèces végétales aux heures les plus chaudes de la journée en été, ils constituent au début du printemps ou au retour de la mauvaise saison une bonne protection contre le gel. Du coup, on cultivera à l'aplomb des murs des espèces non rustiques qui résistent mieux aux rigueurs hivernales. Pourquoi pas dans des côtières: des plates-bandes installées au pied d'un mur, séparées de celui-ci par un sentier d'une cinquantaine de centimètres pour en faire le tour, et bordées d'un galon de buis? Ces aménagements permettent aux légumes, en arrière-saison, de supporter les premiers froids, et de pratiquer en hiver des semis hâtifs qui profitent alors de la chaleur emmagasinée par les maçonneries.
Comble davantage, les murs servent aussi de supports aux fruitiers à palisser: des poiriers, les arbres de prédilection des jardins de curé, ou des pommiers conduits en palmettes. Difficile à conduire, ce type de forme nécessite d'acheter des arbres déjà formés chez un pépiniériste. Et comme ils offrent aussi, pour les ouvrages anciens en pierres, le gite et le couvert aux petits animaux du jardin ( insectes en tout genre, lézards ou orvets, les " serial killers " des escargots et autres limaces ) qui profitent de chaque interstice pour s'immiscer, ils contribuent également à entretenir la biodiversité et le bon équilibre entre les ravageurs de jeunes plants et leurs prédateurs.


SYLVIE GUESH


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
belle des champs


Hors ligne

Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 9 605
Localisation: sanary sur mer
Féminin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 625
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mer 9 Juin - 12:44 (2010)    Sujet du message: Jardins de Curé Répondre en citant

50 000 dans toute la France !!

Aujourd'hui disparus, les jardins de curé étaient aussi nombreux que les paroisses françaises au XIXe siècle !! Supprimés par la Révolution, le Concordat les rétablit sous Napoléon Bonaparte en accordant un jardin d'au minimum 25 ares à chaque presbytère.

Un jardin de curé décrit par Balzac ...


" Le presbytère (...) s'annonçait comme par une longue et haute terrasse plantée de tilleuls, d'où la vue planait sur le pays. L'escalier de cette terrasse et les murs qui la soutenaient étaient d'une ancienneté constatée par les ravages du temps. (...) Les nombreuses familles de pariétaires, la camomille, les cheveux de Vénus sortaient par touffes abondantes et variées entre les barbacanes de la muraille, lézardée malgré son épaisseur. La botanique y avait jeté la plus élégante tapisserie de fougères découpées, de gueule-de-loup violacées à pistils d'or, de vipérines bleues, de cryptogames bruns, si bien que la pierre semblait être un accessoire, et trouait cette fraiche tapisserie à de rares intervalles. Sur cette terrasse le buis dessinait les figures géométriques d'un jardin d'agrément, encadré par la maison du curé (...)."
La Comédie humaine, Tome 5:
Scènes de la vie de campagne: le curé du village;
Le lys dans la vallée


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
belle des champs


Hors ligne

Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 9 605
Localisation: sanary sur mer
Féminin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 625
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Ven 11 Juin - 15:26 (2010)    Sujet du message: Jardins de Curé Répondre en citant

Une autre alternative: des haies ou des palissades !!

A défaut de murs, d'épaisses haies rustiques ou des palissades permettent de compartimenter un espace de grande dimension ou simplement de clore un jardin.

Planter une haie rustique
Les haies constituent un moyen de séparation efficace et esthétique. Concernant le choix des espèces, à installer à l'automne de préférence, la 1ere stratégie consiste à opter pour un mélange d'arbustes denses: aubépine, chèvrefeuille arbustif, houx, buis, troène, hêtre, charme, fusain, myrte. Ces essences sont susceptibles d'être " sculptées " et utilisées à ce titre dans l'art topiaire. A bannir l'utilisation de thuyas plutôt laids et trop souvent victimes du " feu bactérien " !!
L'autre choix concerne les haies champêtres de conduite libre qui apportent plus de naturel au jardin. Elles s'avèrent plus résistantes aux aléas climatiques, limitent l'entretien, et constituent une meilleure source de nourriture pour la faune. Pour les composer, choisissez un mélange d'arbustes à fruits, à baies qui régalent les oiseaux, à feuillages persistants et caducs verts ou de couleur, et d'espèces fleuries pour profiter des changements de végétation au gré des saisons. Parmi les essences recommandées, notons le prunellier, le cornouiller sanguin, le noisetier, l'amélanchier, l'églantier, le néflier, le sorbier, le sureau noir, le laurier-tin ou rose en climat doux, l'aubépine, le genévrier, l'épine-vinette, la viorne, le rhododendron, le seringat ...
Si on dispose d'un espace conséquent, et pour renforcer l'impression de confinement, on peut aussi planter sur plusieurs rangs successifs, en lignes ou en quinconce, une rangée basse au 1er rang de lavandes, romarin, santolines, doublée d'une plus haute en arrière plan. Ou bien optez pour des haies basses qui permettent de scander l'espace et de le rendre plus intime. Tout est question de gout, l'important étant de rendre votre futur jardin de curé attrayant et riche en espèces végétales.


Une clôture de branchages
Inspiré des plessis du Moyen-Age, ce type de barrière faites de pieux sur lesquels sont entrelacées des branches souples constitue un pare-vue efficace. Mais s'il est particulièrement esthétique, cet ouvrage est éphémère, sa durée de vie étant approximativement estimée à 5 ans selon le climat. Certains modèles prêts à poser sont disponibles en jardineries, des entreprises spécialisées les réalisent également à la commande. Il est moins onéreux de les fabriquer soi-même, en entrelaçant des rameaux fraichement coupés, de châtaignier, d'osier ou de noisetier, entre des piquets de bois ou des fers de béton plantés dans le sol tous les 20 ou 25 cm. Pour augmenter la durée de vie de cette clôture, on peut utiliser des rameaux d'acacia sur les parties en contact direct avec le sol. D'autres solutions beaucoup plus simples consistent à réaliser une palissade rustique en planches biseautées cloutées, ou à installer des panneaux en fil d'acier galvanisé équipés de lattes de bois ... A recouvrir ensuite de plantes grimpantes comme indiqué ci-dessous.

Camoufler une clôture

Peu importe la nature du support puisque avec peu de moyens, il est possible de transformer un simple gabarit en grillage en un élément décoratif capable d'occulter la vue. Toute l'astuce réside dans l'art d'habiller ces supports de plantes grimpantes qui s'accrochent facilement grâce à leurs crampons, vrilles ou épines, qui produisent un effet spectaculaire et peuvent dissimuler en un rien de temps leur support. On les choisira à feuillage persistant comme les lierres à palisser ( Hedera Helix, par exemple " Eva " à feuillage panaché ) qui finissent par former une couverture dense facile à tailler ou les Vignes vierges magnifiques en automne ( Parthenocissus Quinquefoliea ou Triscupidata ), ou à floraison parfumée qui offrent par contre un aspect quelque peu dépouillé en hiver. Parmi elles, les hortensias grimpants ( Hydrangea Anomala Petiolaris ), la passiflore ( Passiflora Coerulea ), le houblon ( Humulus Lupulus, notamment sa très belle forme dorée " Areus " ), certaines clematites à grand développement ( Clematis Montana Rubens ), les rosiers grimpants, le jasmin ( Trachelospermum Jasminoides qui couvre son support de fleurs blanches étoilées et parfumées ) ou la glycine. Dans tous les cas, veillez à la solidité des fondations au risque que le poids supplementaire et la resistance au vent ne fragilisent la cloture.

Tirer parti d'un mur bas
Certains jardins clôturés de murets laissent entrevoir les habitations autour. Des plantes géantes à disposer serrées devant ou des arbustes érigés à feuillage persistant et à croissance rapide constitueront une ossature permanente et un panneau de verdure sur lequel s'accrocheront des espèces saisonnières comme les pois de senteurs ou les ipomées, tout en dissimulant les limites réelles du jardin. Vous aurez alors l'impression d'entrer dans un nouveau jardin. Autre solution: celle qui consiste à envahir le muret de plantes denses qui en décupleront la dimension.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
belle des champs


Hors ligne

Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 9 605
Localisation: sanary sur mer
Féminin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 625
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Sam 12 Juin - 07:38 (2010)    Sujet du message: Jardins de Curé Répondre en citant

Un ordonnancement rigoureux pour un contenu débridé !!

S'il existe plus de plan type pour réaliser un jardin de curé, certains aménagements sont néanmoins nécessaires pour en conserver l'esprit. Revue de détail des passages obligés à respecter pour le réussir ....

S'il n'existe aucune règle établie concernant l'organisation des jardins de curé, hormis peut être les plans types élaborés à partir de 1853 par les architectes diocésains à la demande du ministère des Cultes, il est plutôt de mise qu'un ordonnancement simple en structure l'espace. Évoquant en réduction les jardins de monastère dont ils s'inspirent pour partie, ces jardins de presbytère se reconnaissent à leur tracé plus ou moins géométrique dont les allées, une centrale plus large qui divisait le jardin en deux parties égales coupée par des sentes secondaires respectant le tracé d'une croix, distribuaient les massifs à cultiver, de forme carrée ou rectangulaire la plupart du temps. Autant d'éléments formels qui dégagent au cœur du jardin la surface et qui vous amèneront sans doute à modifier l'aspect général de votre terrain et l'ordre de ses plantations.
Réservez le fond à une végétation moins entretenue, aux arbustes déjà en place, ainsi qu'au tas de compost, habillez d'une treille ou repeignez votre remise à outils de façon à la fondre dans le décor, accentuez la sensation d'intimité en installant là un berceau de feuillage, ailleurs une tonnelle ou une pergola légère pour profiter de l'ombre bienfaisante des frondaisons fleuries des chèvrefeuilles, des clematites ou des roses que vous y ferez grimper, ou pourquoi pas d'une vigne. Sinon, une alcôve de charmille sous laquelle vous installerez un banc ... Vous aurez alors réussi à recréer le charme un peu austère d'un jardin de curé, mâtiné du foisonnement d'une végétation dense créant une atmosphère propice à la réflexion et à la gourmandise, hors du temps.

NATHALIE MERCIER

Le revêtement des allées: un détail d'importance !!
La sobriété étant de mise au jardin de curé pas question de dallages somptuaires !! Suffisamment large pour pouvoir circuler sans entrave et permettre le passage d'une brouette, les allées pourront être couvertes de graviers, d'ardoise ou de terre cuite concassée, soigneusement roulés. Cette couverture minérale présente l'avantage d'empêcher la repousse des mauvaises herbes et de maintenir le chemin net et propre quel que soit le temps. Sans compter le rendu esthétique de ce type de paillage en dur qui met en valeur les verts des végétaux et les couleurs éclatantes des fleurs de saison.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:18 (2016)    Sujet du message: Jardins de Curé

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum JARDIN AU NATUREL Index du Forum -> loisir ,détente et autres -> Parcs et jardins Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com