Forum JARDIN AU NATUREL   Index du Forum
Forum JARDIN AU NATUREL
jardin,nature,photo,discutions
 
Forum JARDIN AU NATUREL   Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: histoire des légumes ::
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum JARDIN AU NATUREL Index du Forum -> Jardin -> Le potager
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
belle des champs


Hors ligne

Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 9 605
Localisation: sanary sur mer
Féminin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 625
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Dim 6 Fév - 00:59 (2011)    Sujet du message: histoire des légumes Répondre en citant

Comment le fruit des Mandarins devint ... la clémentine !

Elles ont supplanté les oranges auprès des amateurs de fruits en plein cœur de l'hiver ! Pourtant les mandarines ne sont véritablement connues en Europe que depuis le XIXe siècle. Il faut dire que ces drôles de petites oranges sucrées ou acides ont effectué un bien long chemin depuis leur Asie natale avec un détour par l'Algérie qui vit la naissance de la
clémentine
grâce au frère Clément !


Le mandarinier, un petit arbuste ( 4 à 6 m de haut ) de la famille des rutacées, est originaire d'Asie du Sud-Est, plus particulièrement de Chine et du Vietnam. Il y est connu et cultivé pour ses petits fruits ronds aux parfums subtils et aux vertus désaltérantes depuis deux millénaires. Durant les temps les plus reculés, leur consommation était réservée à l'élite des sociétés traditionnelles chinoises, notamment aux fonctionnaires impériaux, les mandarins, dont les tenues colorées n'étaient pas sans rappeler le bel orangé de leur écorce. C'est donc naturellement que les premiers explorateurs portugais, découvrant ces drôles de petites oranges si faciles à éplucher avec les doigts, les baptisèrent " mandarim ", reprenant le mot malais désignant les hauts fonctionnaires chinois.

Des débuts confidentiels ...
Bien que timide au début, le succès de la mandarine en Europe fut total. Et si le mot " mandarine " apparait en France en 1773, ce n'est que très lentement que les mandariniers furent peu à peu cultivés en Europe. Passant de l'Asie orientale à l'ile Maurice puis à l'Égypte, les premiers spécimens à être cultivés sur le vieux continent le furent à partir de 1820 en Italie, puis en Provence et en Espagne, leur consommation restant toutefois confidentielle. Il faudra en effet attendre la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe, et l'apparition de sa cousine la clémentine, pour qu'elle devienne le fruit vedette de l'hiver.

La révolution de la clémentine ...
C'est à partir de 1830 sous le règne de Louis Philippe, que les premiers colons français d'Afrique du Nord furent encouragés à y cultiver la mandarine. Parmi eux, bien sûr, nombre de missionnaires catholiques venus pacifier et convertir les populations locales. Et c'est à Miseghin, à quelques kilomètres d'Oran, que le destin de la mandarine fut totalement bouleversé par un frère de l'Annonciation passionné d'arboriculture: frère Marie-Clément, plus connu sous le nom de frère Clément. Vers 1892, il découvrit, oubliée dans un coin de sa pépinière, une variété de mandarinier produisant des fruits qui n'étaient pas vraiment des mandarines  ni non plus des oranges, au gout inédit et surtout dénués de pépins. Il entreprit aussitôt un travail patient de greffe et de production de greffons pour mettre au point un hybride issu du croisement entre un bigaradier et un mandarinier que les scientifiques baptisèrent en 1909 " clémentinier " ! Dés lors, malgré l'existence de plus de 500 variétés de mandariniers à travers le monde, la clémentine à l'épluchage facile et sans pépins réussit sa conquête du monde, bien que sa chair soit légèrement  moins parfumée que celle de la mandarine ! Et aujourd'hui, pendant les trois mois de la haute saison hivernale des " mandarines ", on ne trouve en fait sur les étals des primeurs que des clémentines, provenant à 98% de Corse où elles sont massivement cultivées depuis le milieu des années 20. Cette pratique a fini par rendre la mandarine presque aussi rare qu'au XVIIIe siecle !

Peut-on les cultiver ?
Aucune chance de s'essayer à la culture des clémentines à partir de leurs pépins puisqu'elles n'en ont pas ! Par contre, il est assez facile de mettre à germer  ceux de mandarines pour obtenir en quelques années un arbuste décoratif qui malheureusement ne donne que très rarement des fruits. Par contre, acheté en jardinerie ou chez un pépiniériste, un mandarinier peut produire quelques fruits à condition ( comme tous les agrumes ) d'être particulièrement protégé des rigueurs climatiques car les dégâts sont souvent irréversibles quand il est exposé à des températures sous 0°C ! Autant dire qu'il ne peut être installé en pleine terre que sur la Cote d'Azur. Dans les autres régions, il faudra ( comme pour l'oranger ) le rentrer en serre chaque hiver

Source:
revue trimestrielle " nature et jardins gourmands " n° 19 hiver 2010-2011


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 6 Fév - 00:59 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
belle des champs


Hors ligne

Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 9 605
Localisation: sanary sur mer
Féminin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 625
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Lun 14 Fév - 17:34 (2011)    Sujet du message: histoire des légumes Répondre en citant

A la recherche du Paradis ou du verger d'Éden


Hieronymus Bosch, le jardin des délices, 1504

Ce jardin a-t-il vraiment existé ou bien n'est-il, depuis la nuit des temps que le rêve des hommes d'un paradis perdu où il faisait bon vivre au milieu d'une végétation luxuriante ? Pendant des siècles, les hommes l'ont cherché ... En vain !

Il faut rechercher dans le récit de la Genèse ( II, 8-17 ) l'origine du jardin merveilleux que Dieu avait fait surgir en Éden. Voici l'essentiel de ce texte: " Le seigneur Dieu planta un jardin à Éden, à l'orient, et il y plaça l'homme qu'il avait formé. Le seigneur Dieu fit germer du sol tout arbre d'aspect attrayant et bon à manger, l'arbre de vie au milieu du jardin et l'arbre de la connaissance de ce qui est bon et mauvais. Un fleuve sortait d'Éden pour irriguer le jardin. De là, il se partageait pour former quatre bras. L'un d'eux s'appelait Pishon ( le " jaillissant " ) ... Le deuxième fleuve s'appelait Guihon ( le " bondissant " ) ... Le troisième s'appelait Tigre, il coule à l'Orient d'Assour. Le quatrième fleuve, c'était l'Euphrate. "
Durant près de trois millénaires les juifs et les chrétiens ne mirent pas en doute le caractère historique de ce récit de la Création du jardin merveilleux que Dieu avait fait surgir en Éden. Ils restèrent non seulement longtemps persuadés que le paradis terrestre avait réellement existé, mais aussi convaincus que le jardin d'Éden n'avait pas disparu de la Terre ...


A la recherche du Paradis perdu ...
Longtemps on situa ce jardin à l'extrémité de l'Orient. C'est la raison pour laquelle, au Moyen-Age, les cartes ne plaçaient pas le nord en haut, comme nous, mais à l'Est, avec assez souvent une représentation du paradis terrestre au sommet de la composition. Hélas, les découvreurs de la Renaissance durent se rendre à l'évidence: ils avaient fait le tour du monde et n'avaient recueilli nulle part la preuve de l'existence du jardin d'Éden !
Dés lors, la conviction se généralisa qu'il avait disparu parce qu'il avait été englouti par les eaux du déluge.


Mais où était ce jardin ?

On s'accorda à la Renaissance à penser que le paradis perdu avait du être créé par Dieu non au fond de l'Asie mais au Proche-Orient: c'est à dire dans l'Irak actuel. Quelques auteurs penchaient toutefois plutôt pour l'Arménie, sinon pour la Palestine. Puis l'étude des fossiles à partir du XVIIe siècle et la naissance de l'évolutionnisme au siècle suivant déstabilisèrent la lecture littérale de la Genèse qui avait longtemps prévalu. L'age de la terre, dont on commença à mesurer l'étendue à partir des " Époques de la nature " de Buffon ( 1779 )
, tendait désormais à reléguer au rang des mythes la description d'une humanité primitive au statut quasi divin placée dans un jardin féerique.
Au début du XXe siècle, Teilhard de Chardin
  écrivait: " il n'existe pas le moindre vestige à l'horizon, pas la moindre cicatrice, indiquant les ruines d'un age d'or ou notre amputation d'un monde meilleur ".
A défaut de pouvoir retrouver un jour toute trace d'un Éden terrestre, chaque jardinier peut humblement se donner l'illusion de créer son petit paradis.
J.Levine


A l'origine des premiers légumes
Après avoir perdu le paradis, l'homme dut apprendre à domestiquer les plantes et à cultiver les premiers légumes ...
Hasard de l'évolution humaine ou signe que l'homme venait bien de se faire expulser de l'Éden ? Toujours est-il que les premières traces de plantes cultivées par l'Homme remontent à 10 ou 12 000 ans aux quatre coins du globe: en Amérique centrale, en Asie du Sud-Est et, plus prés de nous, au Proche-Orient. Plus tard, la plupart des légumes introduits en Europe auront d'ailleurs emprunté le chemin de Damas. A cette époque, soumis aux aléas de la cueillette, les premiers jardiniers s'essayèrent à domestiquer des plantes sauvages. Et toutes les fouilles archéologiques démontrent que les premières domestiquées furent les plantes légumineuses au sens scientifique du terme. Ainsi, pois, lentilles et pois chiches furent les premières cultivées par l'Homme. Ensuite, quelques milliers d'années plus tard, les fèves apparurent dans les premiers potagers après un travail de " domestication " complexe. Ces premiers légumes furent très longtemps les seuls, bien après l'arrivée du blé et de l'orge, 4 000 ans avant J.C. On retrouve ainsi la lentille comme aliment de base et le plus généralement cultivé et consommé dans tout le monde romain. Ce n'est qu'au Moyen-Age en Europe que les gouts et les habitudes potagères changèrent quelque peu. Le pois et la fève deviennent à cette époque les deux légumes les plus cultivés. Ils resteront jusqu'à la Renaissance. Les progrès scientifiques et les échanges de plantes avec d'autres régions du monde font tomber les premiers légumes, ceux du péché originel, dans la disgrâce. N'est ce pas un bel hommage rendu à ces premiers jardiniers que de les cultiver à notre tour au XXIe siècle ?


Une des Sept Merveilles du monde: les jardins suspendus de Babylone
Au VIe siècle avant J.C, au cœur des sables brulants de la Mésopotamie ( aujourd'hui l'Irak ) les fondateurs de la plus vieille civilisation connue, à savoir les Sumériens, ont bâti une des cités les plus célèbres du monde: Babylone. Et au milieu de celle-ci, ses jardins suspendus qui ont été considérés par les auteurs antiques comme une des Sept Merveilles du monde.
Nabuchodonosor II, roi de Babylone, aurait fait aménager au VIIIe siècle avant notre ère un jardin paradisiaque, luxuriant, couvert de variétés végétales offrant des fruits aux promeneurs qui n'avaient qu'à tendre la main, et peuplé d'animaux de toutes espèces, en l'honneur de son épouse, la princesse Amytis, fille d'Astyage, roi des Mèdes, qui, selon la légende, se languissait des forets et des roses de sa patrie d'origine.




Des jardins réels ou imaginaires ?

Les jardins suspendus de Babylone ont-ils vraiment existé ou bien seulement dans l'imagination des historiens grecs ? Les annales babyloniennes sont restées muettes à leur sujet. Les tablettes du temps de Nabuchodonosor ne font aucune référence à ce paradis terrestre, alors que l'on retrouve des descriptions de son palais et de la ville. Les fouilles archéologiques entreprises au XXe siècle ont pourtant révélé quelques fragments de reliefs qui représentent des palais bordés par des jardins et qui semblent indiquer que ce type de jardins ( tant potagers que d'agrément ) existait bel et bien dans les résidences royales. Les archéologues restent encore prudents et tentent de trouver davantage d'indices sur l'emplacement des jardins suspendus, leur système d'irrigation et son apparence. Mission difficile compte tenu de la rareté des documents, puisqu'il ne reste plus en effet qu'une tablette en caractères cunéiformes provenant de Babylone ( datée du VIIIe siècle, elle serait la copie d'un texte plus ancien ) conservée au British Muséum de Londres, qui énumère les plantes cultivées dans ce jardin mythique, et un bas-relief du VIIe siècle racontant  que le roi Assurbanipal y planta des " arbres qu'aucun des rois mes ancêtres n'a jamais eus ", à savoir des cèdres et des buis. Restent aussi les descriptions des historiens et des poètes grecs, Ctesias de Cnide ( un médecin grec vivant au Ve siècle avant J.C. qui fait prisonnier par les Perse et emmené à la cour du roi Artaxerxés Memmon, a rédigé en 23 livres une histoire de l'Assyrie et de la Perse à partir des documents recueillis dans les archives du roi ). Toutes soulignent le caractère " contre nature " de l'ouvrage qui permettait la culture d'innombrables espèces végétales, " très agréable à regarder " et qui " réjouit les sens " ... Composé de plusieurs étages  en terrasses, soutenu par des voutes et des piliers de briques. Un immense escalier de marbre reliait ces terrasses, lieux de promenades ombragés par des allées de palmiers. L'eau était amenée depuis l'Euphrate grâce à différents systèmes hydrauliques sophistiqués, des puits, des conduites de drainage, des ruisseaux artificiels, pour irriguer en permanence les lieux. La végétation était en toute saison luxuriante et verdoyante, offrant aux habitants de la cité une abondance de fruits et de fleurs, de plantes et d'arbres de Mesopotamie, dans un decor de cascades au pied des quelles venaient s'abreuver des animaux sauvages. Bien entendu, ces jardins auraient été détruits. Et la date de leur destruction reste à ce jour inconnue, rendant encore un peu plus mysterieuse l'histoire des fabuleux jardins de Babylone.

Source : revu trimestrielle " nature et jardins gourmands " n°19 hiver 2010-2011


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:55 (2017)    Sujet du message: histoire des légumes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum JARDIN AU NATUREL Index du Forum -> Jardin -> Le potager Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com